Mot-clé - Prêtre

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 10 décembre 2017

Prendre le Seigneur au sérieux

Malachie 2, 1-4

Moi, le SEIGNEUR de l'univers, je vous avertis, vous, les prêtres : Écoutez-moi et prenez les choses au sérieux pour m'honorer comme vous le devez. Sinon, je lancerai sur vous une malédiction, et je changerai la bénédiction en malédiction. Oui, je le ferai puisque personne parmi vous ne prend les choses au sérieux. Je lance déjà des menaces contre les gens de votre famille. Je vous jetterai du fumier à la figure, le fumier des animaux offerts pendant vos fêtes, et on vous balaiera avec lui.
Alors vous saurez ceci : C'est moi, le SEIGNEUR de l'univers, qui vous ai donné cet avertissement. Je veux garder l'alliance établie avec les lévites.

Le Seigneur peut avoir de l'humour[1]... Parfois, il serait même cynique, ou jouant avec les codes des époques où il agit. Il y a de nombreux exemples dans la Bible où il est en opposition avec le contexte sociétal où il se trouve. Mais il n'aime pas qu'on se moque de lui... Qui apprécierait cela ?

Peut-on imaginer qu'on essaie de "bluffer" Dieu, comme on se fait des illusions sur soi-même parfois ? Comment concevoir alors que le Seigneur se satisfasse de cette situation ? S'il veut réellement maintenir l'alliance avec nous, il ne peut accepter de se laisser mener par nos effets de manche. Il se doit de maintenir l'exigence... Pour notre bien.

Note

[1] Si, si ! La preuve : il a même créé les athées... ;-)

mardi 05 décembre 2017

Honorer, respecter

Malachie 1, 6

Moi, le SEIGNEUR de l'univers, voici ce que je dis aux prêtres : Un fils honore son père, un serviteur respecte son maître. Vous m'appelez votre père, mais est-ce que vous m'honorez ? Vous m'appelez votre maître, mais est-ce que vous me respectez ? Vous me méprisez et vous demandez : “En quoi est-ce que nous t'avons méprisé ?”

Après avoir confirmé l'amour de Dieu pour son peuple, preuves à l'appui, le prophète interpelle les prêtres d'Israël. Ceux-ci semblent s'être endormis dans leur routine, ou dans le confort d'un rituel repris dans le Temple reconstruit au retour d'exil. Le désert, l'éloignement de Dieu est toujours bien présent, et notre chemin de l'Avent pourrait nous paraître bien aride.

Comme chrétiens, par notre baptême, nous sommes, nous aussi, prêtres, prophètes et rois. Ce texte ne peut-il pas nous concerner, dans notre vie de croyants ? Nous lisons la Bible, nous répétons nos prières, nous célébrons, mais avec quelle attention ? Souvent, nous pensons que nous connaissons déjà les histoires, nous n'écoutons que d'une oreille... Que mettons-nous derrière les mots de nos prières ? Quel lien entretenons-nous réellement avec le Seigneur ? Quelle conviction avons-nous dans notre vie de foi ?

Ce texte ne serait-il pas un appel pour retrouver un peu de fraîcheur dans nos démarches ? Et si... Si les enfants nous inspiraient ?

mardi 26 juin 2012

Il y a un an

Ce matin[1], j'entendais sur mon habituelle station de radio matutinale, l'annonce des ordinations de futurs prêtres, pour les jours à venir. Et aujourd'hui, surtout, je pensais à un prêtre en particulier.

Il y a un an, il faisait beau et chaud, j'arrivais à Versailles et passais près de vingt minutes à tourner dans les différents parkings souterrains bondés, avant de finir sur le parking du château. En suivant la pointe du clocher dans les rues de la vieille ville, avec deux petites filles surexcitées tant par la chaleur que par l'étrangeté de la sortie que je leur avais proposée, j'ai rallié la cathédrale. Je ne vous cache pas que même si j'avais conscience du caractère particulier du moment, pour cet ami que je tenais à accompagner, je ne me sentais guère en état de percevoir la grâce de l'instant. Une demi-heure de retard, un lieu inconnu, une fille de quatre ans qui ne pense qu'à jouer avec les petits copains sur les escaliers, et une de dix-huit mois qui se tortille entre les jambes des adultes de l'assistance...

Et pourtant, lorsque la cathédrale bondée a entonné la litanie des saints, alors que cinq hommes étaient face contre terre dans la nef, je n'ai pu m'empêcher de frissonner. Et j'ai chanté, prié, avec cette assemblée, pour ce merveilleux cadeau qui nous était donné : cet engagement d'une vie, d'une famille, d'une communauté, au service de Dieu, des autres, du Tout Autre. "Jubilez, criez de joie !", oui, c'est le chant qui a éclaté ensuite, dans l'édifice mais aussi dans ma tête et mon coeur...

Ce matin, je revivais cela, et je revoyais aussi nos partages, URL et IRL[2], sa vie de paroisse, son évolution dans le ministère. Et au moment où Mgr Vingt-Trois parlait des prêtres entourant ceux qui allaient les rejoindre, je me disais "Ca va lui faire drôle, cette année, de prendre sa place dans le presbyterium, un an après !"...

Un an après. En louange et en prière.

Notes

[1] mais aussi à plusieurs reprises ces derniers jours

[2] jeu de mots - pardon, d'acronymes - signifiant "en ligne et dans la vie réelle", pour les non-geeks

dimanche 21 août 2011

Concélébration

On ne s'est jamais parlé. C'est tout juste si on se salue, un peu de loin, respectueusement l'un pour l'autre, comme un signe de reconnaissance, sans mots. Toujours discret, il est là régulièrement, dans l'assemblée avec sa femme, aussi silencieuse que lui, et dont les yeux ne perdent rien. Parfois nos regards se croisent, et il y a un je-ne-sais-quoi qui passe...

Dès mon arrivée dans la paroisse je l'ai vite repéré. Je crois que ce qui a été le plus flagrant pour moi, ce fut sa croix pectorale. Aussi imposante que celle d'un évêque... mais d'une forme singulière, ouvragée, pas une simple croix latine ou un crucifix, non, non...

C

Et puis j'ai entendu parler de lui... Mes oreilles furent aussitôt à l'affût ! Non, il n'avait jamais "concélébré en rite romain", et oui, il y avait bien un couple d'orthodoxes qui faisait partie de la paroisse...

Mais le plus beau, c'est à l'autel que cela se passe. Quand il est là, il vient assister le prêtre pour donner la communion. Et c'est tout un ensemble de "petits" gestes qui marquent la reconnaissance entre ministres du culte : le prêtre ne lui présente pas l'hostie comme aux laïcs, mais le laisse se servir seul ; de même pour le vin qu'il présente aux autres ministres extraordinaires de la communion. Enfin, après la communion c'est lui qui replacera les hosties consacrées au creux du tabernacle...

Pas de mots mais des attitudes, celles de deux frères, en entente tacite, implicite. Un accord qui les lie par-delà les différences. Même quand le credo choisi par le prêtre est celui de Nicée-Constantinople, et que, jetant un regard en coin au moment du "filioque", j'ai bien remarqué la tête baissée et le silence...

J'aime cet oecuménisme vécu, ce partage sans mots, ces regards croisés... J'apprécie cette complicité, cette union de prière muette, cette présence multiple, témoignant que nous sommes tous Un... fraternellement en Christ.