Mot-clé - Question

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 17 décembre 2011

Question

Il y a les questions de Marie... Celles à l'ange de l'Annonciation : "mais comment cela se pourrait-il ?" et, sous-jacente "que va-t-il m'arriver ?"... Celle à Jésus au Temple : "que faisais-tu ?"... Et le oui, la réflexion qui en découle : "Elle gardait tout ceci dans son coeur".

Il y a les questions que "l'on" pose à Jean : "qui es-tu ? Es-tu celui qui doit venir ? Ou doit-on en attendre un autre ?".

Et nos questions à nous, aujourd'hui : est-ce une bonne chose de croire ? Quel incident cela a-t-il sur ma vie ? Jésus était-il celui que l'on dit ? Les chrétiens sont-ils révolutionnaires ? Faut-il se défendre, se battre parfois pour notre foi et les valeurs qu'elle implique ? Faut-il encore croire à un Jésus ressuscité, se demandent les plus libéraux ? Quelle part de mystère est-on encore prêt à accepter dans notre vie, comment cela pourrait-il la changer ? Et à quelques jours de Noël, est-on prêts à accueillir un tout petit parmi nous ? A lui laisser la parole ?

mercredi 03 novembre 2010

Quels sacrements ?

Je vous livre une petite devinette, en attendant un prochain billet sur les sacrements : pouvez-vous citer[1] les sacrements des confessions chrétiennes (7 pour les catholiques et orthodoxes, 2 pour les réformés) ? Quel est le sacrement commun à toutes ?

Question subsidiaire : pour vous, un sacrement, c'est quoi ?

Notes

[1] de mémoire, cela va de soi ;)

vendredi 01 octobre 2010

Tempête

Signes

Quand la tête est vide
ou qu'elle est trop pleine...

Quand le coeur s'emballe,
qu'il s'inquiète,
ou qu'il est si vide qu'on le croit sec...

Quand les questions se bousculent,
que les mots ne suffisent pas,
que les logiques se mélangent...

Quand on croit trouver la paix
mais qu'on devient fou à lier,
quand on ne sait plus
à quel saint se vouer...

... je t'en prie Seigneur, garde-moi près de toi.

vendredi 05 mars 2010

Saint sacrement

Lors de l'Eucharistie, arrêtez-moi si je me trompe, la transsubstantiation intervient dans les deux espèces, le pain et le vin. Suite à la cérémonie, on conserve les hosties consacrées dans le tabernacle, ou dans des custodes pour les porter aux malades (par exemple), ou encore dans la lunule qui sera insérée dans l'ostensoir lors de l'adoration.(1)

Mais alors... Pourquoi conserve-t-on le pain et pas le vin ? Car, si je ne me trompe, le calice est toujours soigneusement vidé par le célébrant à la fin de la communion ?

(1) pour les lecteurs qui ne comprennent pas tous les gros mots liturgiques et/ou théologiques, voir le lien "Mini-dico", colonne de droite.