Mot-clé - Carême

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 09 mars 2016

Marche

"Marche, marche et tu verras !"

Ce sont les mots de Vincenot, "l'enfant du pays", de ma Bourgogne natale, qui raconte l'apprentissage d'un compagnon, de ceux qui travaillaient sur les chantiers des cathédrales, et son chemin jusqu'à Compostelle... Ceux qui ont déjà vécu profondément des pélerinages, courts ou longs, des chemin de croix l'auront ressenti : on peut prier par les pieds ! Marcher, mettre un pas devant l'autre, puis encore un, et ainsi de suite... Peu à peu le rythme se fait, la régularité s'impose, on prend son pas et on peut laisser vagabonder son esprit un peu plus haut que ses pieds... Parfois il s'envole directement à Dieu !

Il y a eu ce mini-camp, pendant les vacances de février, il y a des années... Une école de prière, beaucoup de partages, d'humilité, de temps d'échanges aussi... Apprendre à vivre seulement pour Dieu pendant quelques jours... Et cette marche aux flambeaux, dans la nuit, avec la neige qui était tombée. Je faisais partie des plus jeunes. A ma gauche, un des prêtres animateurs du camp, à droite une animatrice d'aumônerie. Je m'endormais presque... Pas après pas j'ai avancé, entre eux, avec ma petite flamme, guidée et poussée par d'autres petites flammes. Encore aujourd'hui je me souviens de ces pas et des prières endormies qui allaient avec... "Marche, marche, et tu verras !"

Et puis la marche ce n'est pas juste pour les pieds. C'est un verbe, c'est un nom, c'est un mot qui "marche" pour plein de choses, pour les sabots ou les bottes, les voitures, le jouet en Lego qu'on vient de construire, l'hélico en Meccano qu'on a réussi à assembler "tout seul, hein, comme les grands, même pas besoin de toi ! Ou alors juste un tout petit peu"... C'est l'effort à fournir pour avancer, même quand on tombe, même quand ça plante, quand les mots ne viennent pas, que le blog ne marche plus, que la journée n'est pas bonne, que... Et puis, à force de persévérer, enfin le sourire se dessine, on lève les bras au ciel, c'est à peine si on croit à ce qu'on voit : ça marche !!

Et encore, la marche ce n'est pas seulement à l'horizontale. C'est aussi l'obstacle à franchir, matériel ou non... D'ailleurs dans mon entreprise, quand on évoque un changement on entend souvent parler de "hauteur de marche"... Il faut lever le pied, faire un geste supplémentaire, peu naturel. Ce n'est pas un pas ordinaire, c'est une marche à monter, un niveau à passer. Plus la marche est haute et plus elle est infranchissable... Chacun son niveau... Oui mais celui qui est en haut peut donner la main à celui du dessous, et quand on met le petit sur une marche, il devient grand... Jeu de l'égalité, un peu jeu de triche pour faire un pied de nez à ce qui n'est pas très juste...

Dans nos vies, on en connaît un autre dont on sait qu'il a beaucoup marché... Il a tellement usé ses sandales sur les chemins d'Israël qu'il nous a dit : "Je suis le chemin, la vérité, la vie" (Jean 14, 6). Alors, ma soeur, mon frère, donne-moi ta main, prenons sa suite !

Marche, marche, et trouve ton chemin ! ;)

Et merci à mon amie Corine qui m'héberge aujourd'hui... C'est un peu à cause de sa provocation que j'ai écrit ce texte :)

mercredi 05 mars 2014

Des hommes, des cendres, un chemin

Un nouveau chemin... Chaque année, j'ai un peu la surprise... Chaque fois, quelqu'un me pose une question... Un peu comme un clin-Dieu, une piste pour me remettre sur la route !

"Que font les protestants pour le Carême ?" ; "C'est quoi le Mardi-Gras ?" ; "Pourquoi 40 jours mais ça commence un mercredi ?"... Autant de questions apparemment simples, autant de discussions qui sont allées bien plus loin...

"Convertissez-vous et croyez à l'Evangile !"... Un appel, encore... A réécouter, à rejoindre l'Evangile, à reprendre la route plutôt que les chemins de traverse...

Chers amis, quelle que soit la manière dont vous montez vers Pâques, que votre voyage soit serein, paisible, qu'il vous mène vers vous-même, comme Abraham l'a fait en obéissant à Dieu : lekh lekha, va vers toi !

dimanche 03 avril 2011

A mi-chemin...

Au milieu du désert, s'arrêter, regarder autour de soi. Pas de repère. Moment de doute, moment de réflexion, moment d'apaisement... forcé. Perdre pied ou sauver sa vie.

Les rencontres, les mots, glanés au cours de ces derniers jours, alimentent mes prières, mes louanges, mes cris de détresse, mes recherches. C'est un point de non-retour, là où il devient plus difficile de rebrousser chemin que de continuer, quoi qu'il en coûte.

Un clip, un baptême, et quelques mots dans un message :

Des pas...

Il y a les pas, de ceux qui disent "Ha ça..."
ce n'est pas pour moi car Il n'est pas !

Il y a des "pas" qui n'en sont pas,
qui fuient là-bas
ou qui n'avancent pas.

Il y a les pas,
les petits pas de ceux qui n'osent pas,
mais qui regardent par là.

Il y a les pas
de ceux qui disent et ne font pas.

Il y a "les pas" et il y a ...

un pas, le premier pas,
qui coûte ou ne coûte pas,
le pas qui sait que Tu es là
et que Tes pas ont précédé nos propres pas.

Alors ce pas, ce pas-là, je veux le faire ici-bas.
Je te prie de mettre mon pas dans tes pas
et je te remercie d'être là, Abba.

Amen.

Avancer. Continuer. Pas à pas. Se nourrir de la Parole : "Voir soi, les autres, Dieu avec le regard de Dieu", dit le prêtre sur Jean 9 ; "Réussir sa vie en refusant les tentations, comme Jésus au désert" dit le pasteur sur Luc 4, 1-14... Pas après pas, marcher dans le chemin du Seigneur. Et garder au cœur l'espoir de Pâques à venir, la promesse de l'eau vive...

Que Dieu accompagne nos pas.

mercredi 09 mars 2011

Des cendres, monter vers Pâques

Aujourd'hui, pour les catholiques comme pour les protestants, c'est le début du carême[1]. Autant ce jour est marqué par des messes particulières dans toutes les paroisses catholiques, autant très peu de paroisses réformées manifestent une piété spécifique.

Sortie de la messe, discussion quelque peu surréelle :
Moi - Je me marre, Claire[2][3] est au culte ce soir :)
- Ah ? Je croyais que les protestants ne faisaient pas le carême ?
- Oui, c'est pour ça que ça me fait bien rire, son pasteur est à moitié catho, c'est pas possible autrement, c'est bien la première fois que je vois un pasteur faire un culte le mercredi des cendres, et une méditation chaque jour du carême sur un texte biblique ! D'ailleurs, par curiosité je voulais suivre les méditations, et je me retrouve à en écrire aussi...

Bref. Tout ça pour dire que l'air de rien, ça bouge dans les têtes et les coeurs. Les cathos parlent de jeûne, d'efforts, de se rapprocher de Dieu en essayant de rogner sur le superflu de nos vies, pour le donner à Dieu et/ou aux autres. Le tout dans la joie, celle de se libérer de nos entraves routinières... Les protestants, bougons, disent "mais ça rime à quoi de dire qu'on fait des efforts que 40 jours par an ? C'est tout le temps qu'il faut en faire". Et puis, quand un pasteur un peu original parle des cendres comme de nos petits feux humains éteints, qu'il faut raviver un peu, chaque jour, prendre le temps de se préparer à accueillir le grand feu pascal, il le dit avec une telle fougue qu'on ne peut qu'être d'accord...

Se libérer pour se donner davantage à Dieu (ou l'inverse ?). Bon chemin à tous vers la grande joie de Pâques !

Notes

[1] Autrement dit, le mercredi des Cendres. Et oui, j'assume mon jeu de mots du titre, ça vaut bien la frime en latin de certain(e)s autres ;)

[2] protestante, amie commune

[3] Le prénom a été changé

mercredi 17 février 2010

Violette...

C'est le retour de la chasuble violette. Le Carême est commencé. Réflexion, méditation, jeûne sous une forme ou l'autre... Pendant quarante jours, chacun aura sa façon de se préparer à Pâques, de changer son coeur, son esprit, sa façon de faire.

L'évangile des Cendres dit "toi, quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret" (Matthieu 6, 6). Je ne sais plus sur quel blog de pasteur j'ai lu un jour "c'est la voie de la facilité, pour un protestant, il le fait naturellement !". De même, les protestants ne suivent pas le Carême comme le font les catholiques. Pas de cérémonie particulière pour l'entrée en Carême ; pas de jeûne ; pas d'abstinence par rapport aux autres périodes de l'année.

"Mais alors, quelle préparation faites-vous à Pâques ?" ai-je entendu. Il y a le jeudi et le vendredi saint. Le vendredi saint en particulier est l'occasion d'une veillée de prière, davantage que la veillée pascale qui est plus ancrée chez les catholiques (et qui constitue un moment privilégié pour les baptêmes d'adultes). Quant à la "mise en condition", la méditation, la prière, l'humilité, c'est au quotidien que l'on est amenés à les faire, comme chaque chrétien. Chaque culte est propice à nous faire réfléchir sur nous-mêmes, davantage centré sur la Parole et l'exégèse que sur la Sainte Cène (qui n'est généralement pas célébrée tous les dimanches, d'ailleurs).

C'est un peu comme deux ambiances différentes... Ce serait sûrement intéressant d'échanger sur cette préparation à la fête qui constitue ce que nous sommes : des fidèles croyant à la résurrection du Christ ! Comment chacun se prépare-t-il à accueillir le Christ, la résurrection ; à vivre, revivre les instants les plus significatifs de la vie de Jésus, devenus l'essence sacramentelle de nos confessions ? Est-ce que cette préparation à Pâques ne nous permet pas de nous révéler à nous-même notre propre foi ?

dimanche 14 février 2010

Un lapin, dites-vous ?

Temps compressé, temps en retard, temps accéléré, temps qui file, temps qui passe... "Je suis en retard" disait le lapin d'Alice...

Une petite Marion a rejoint sa grande soeur, et depuis deux semaines, plus rien n'est pareil. Les tétées rapprochées, les nuits perturbées, on oublie vite quand les bébés grandissent ! L'organisation de notre famille n'a plus rien à voir. Nouvelle répartition des tâches entre les parents, nouveau rôle pour chacun, nouvelle responsabilité pour Nathalie qui est devenue "la grande"... Le temps fera-t-il réellement son oeuvre ? Pourrai-je m'habituer à avoir deux petites, donner à chacune son temps sans prendre à l'autre ce qui lui est nécessaire ?

Se joint à cette accélération la préparation d'un examen... Nouveau Testament, fin du semestre d'automne, sanctionné par un devoir écrit, mardi matin. Je suis en retard dans mes révisions ! Il est à la fois loin et si près, le temps où je révisais pour mes examens, lors de mes études supérieures ! Temps qui approche inexorablement, et l'impression que jamais mon esprit ne sera prêt à répondre à toutes les questions imaginables...

Enfin, retour du temps de l'Eglise... Ce matin le prêtre annonçait le mercredi des cendres, déjà ! Un nouveau Carême, nouveau temps de préparation à accueillir le Christ Ressuscité. Noël me semble encore si proche, la neige qui subsiste dehors y est peut-être pour quelque chose ? Je voudrais avoir le temps, prendre le temps... De préparer cette fête dignement, de méditer ces quarante jours si particuliers. Je rêve de passer quarante jours "au désert", en retraite, prendre du temps pour moi, pour Lui, pour apprendre à L'écouter...

Mais où est passé le temps ?