Tigreek

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 17 janvier 2014

Question de point de vue...

Assertion de départ : "entre la Bible et la communion, y'a pas photo !"

Le catholique : "c'est sûr, entre un bouquin et le Corps du Christ, y'a pas photo !"

Le protestant : "c'est sûr, entre la Parole de Dieu et la commémoration d'un repas, y'a pas photo !"

Moi : "je prendrais bien la Parole de Dieu et le Corps du Christ..." ;)

mercredi 02 novembre 2011

Horoscope

Dans les quotidiens gratuits (et sans doute ailleurs aussi, mais je n'ai pas vérifié), il y a toujours une page "divers" ou "divertissements", comprenant des jeux de lettres et/ou de chiffres, et un horoscope. Pour que chacun voie ce qui lui est prédit pour le jour, et l'interprète comme il le souhaite. Régulièrement mes collègues me demandent de quel signe je suis...

Parfois j'en ai marre d'entendre ces sornettes et je leur dis que j'ai un horoscope universel, qui se réalise tous les jours ! Pour vous aujourd'hui, je le partage ici :)

Si vous êtes né entre le 1er janvier et le 31 décembre : "Vous êtes sous le signe de la grâce de Dieu". (Tite 2,11)

Astre dominant
"La brillante étoile du matin, Jésus-Christ, le soleil levant qui nous a visités d’en haut". (Luc 1,78)

Amour
Toujours heureux d’être aimé de Dieu et de l’aimer, car "Rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ". (Romains 8,39)

Santé
"Cette parole est certaine : si nous mourons avec lui, nous vivrons aussi avec lui". (1 Timothée 1,15 ; 2 Timothée 2,11)
"N’entretenez aucune inquiétude" (Philippiens 4,6)

Argent
"Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse avec magnificence" (Philippiens 4,19)
"J’ai appris à être content de l’état où je me trouve" (Philippiens 4,11)

Voyages
"Le Seigneur te gardera au départ et au retour dès maintenant et pour toujours" (Psaume 121,8)

Événements mondiaux
"Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerre ; gardez-vous d’être troublés, car il faut que cela arrive" (Matthieu 24,6)
"Mais la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu sera prêchée dans le monde entier pour servir de témoignage à toutes les nations" (Matthieu 24,14)

Événements personnels
"Mes destinées sont dans ta main" (Psaume 31,16)
"Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu" (Romains 8,28)

Tiré de différents sites et publications, entre autres Paraboles d’un curé de campagne, éditions de l'Emmanuel 2007

dimanche 03 avril 2011

A mi-chemin...

Au milieu du désert, s'arrêter, regarder autour de soi. Pas de repère. Moment de doute, moment de réflexion, moment d'apaisement... forcé. Perdre pied ou sauver sa vie.

Les rencontres, les mots, glanés au cours de ces derniers jours, alimentent mes prières, mes louanges, mes cris de détresse, mes recherches. C'est un point de non-retour, là où il devient plus difficile de rebrousser chemin que de continuer, quoi qu'il en coûte.

Un clip, un baptême, et quelques mots dans un message :

Des pas...

Il y a les pas, de ceux qui disent "Ha ça..."
ce n'est pas pour moi car Il n'est pas !

Il y a des "pas" qui n'en sont pas,
qui fuient là-bas
ou qui n'avancent pas.

Il y a les pas,
les petits pas de ceux qui n'osent pas,
mais qui regardent par là.

Il y a les pas
de ceux qui disent et ne font pas.

Il y a "les pas" et il y a ...

un pas, le premier pas,
qui coûte ou ne coûte pas,
le pas qui sait que Tu es là
et que Tes pas ont précédé nos propres pas.

Alors ce pas, ce pas-là, je veux le faire ici-bas.
Je te prie de mettre mon pas dans tes pas
et je te remercie d'être là, Abba.

Amen.

Avancer. Continuer. Pas à pas. Se nourrir de la Parole : "Voir soi, les autres, Dieu avec le regard de Dieu", dit le prêtre sur Jean 9 ; "Réussir sa vie en refusant les tentations, comme Jésus au désert" dit le pasteur sur Luc 4, 1-14... Pas après pas, marcher dans le chemin du Seigneur. Et garder au cœur l'espoir de Pâques à venir, la promesse de l'eau vive...

Que Dieu accompagne nos pas.

jeudi 10 mars 2011

Il n'y a pas d'âge...

Joie enfantine

Entendu dimanche : "L'Amour n'attend pas le nombre des années !"...

mardi 01 février 2011

Euthanasie dans la Bible ?

As-tu entendu parler de Longinus ? Que dit-on de lui dans la Bible ?
Parce que si c'est bien le méchant romain qui a percé Jésus de sa lance, c'est un cas d'euthanasie !

C'est en substance le propos que m'a tenu un ami ce midi. Il est, vous vous en doutez, de culture judéo-chrétienne comme il le reconnaît lui-même, mais plutôt agnostique, laissant de côté toute pratique un tant soit peu religieuse. Son idée était de justifier des propositions autorisant l'euthanasie "pour abréger les souffrances", par le fait qu'un soldat romain aurait achevé Jésus sur la croix, le perçant au côté à l'aide d'une lance.

L'accomplissement de l'Ecriture selon Jean

Le soldat qui a percé le flanc de Jésus après la crucifixion l'a fait une fois qu'il était mort, pour s'en assurer, d'après l'évangile de Jean (19, 34). Seul cet évangile, sur les 4 canoniques, mentionne le coup de lance, d'ailleurs.

Techniquement : le crucifié mourait par asphyxie à cause de la tétanie des muscles de la cage thoracique (et aussi à cause de la torture qu'il avait subie avant... Flagellation, portement de la croix ou de la poutre transversale, j'en passe et des pires). Lorsqu'il pouvait s'appuyer sur ses pieds, l'agonie était plus lente, alors les soldats qui voulaient abréger brisaient les jambes de ceux qui vivaient encore. Comme quelqu'un a indiqué que Jésus était déjà mort, le centurion a voulu vérifier. Ainsi, comme Jean l'indique par deux fois (19, 36-37), ce qui était dit dans les Ecritures (comprendre l'Ancien Testament) s'est produit[1].

Le soldat converti devenu Saint Longin

Dans l'évangile (canonique), ce soldat n'a pas de nom, et il y a un amalgame avec le centurion qui a commandé la centurie "de service" le jour de la crucifixion... et qui s'est converti (Matthieu 27, 54 ; Luc 23, 47). Il est cité dans un évangile apocryphe, l'évangile de Nicodème, et c'est là qu'on trouve le nom de Longin - Longinus.

Notes

[1] Référence multiple mêlant le psaume 34, Esaïe, Exode...

jeudi 11 novembre 2010

Une Bible vraiment oecuménique !

Je ne pouvais pas ne pas en parler sur ce blog... La nouvelle édition de la TOB est sortie ! J'imagine déjà les mines perplexes de mes lecteurs devant mon sourire d'une oreille à l'autre... Quézako ?

La Traduction Oecuménique de la Bible, ou TOB pour les intimes, dont la première publication est parue en 1975, est une référence pour les chrétiens désireux de mieux connaître les confessions voisines. Pour la première fois, des biblistes protestants, orthodoxes et catholiques travaillaient ensemble pour produire une traduction moderne, fiable et sérieuse des textes.

Ce travail n'est pas resté figé. De nouvelles éditions ont vu le jour en 1988 puis en 2004, apportant des révisions conséquentes. Mais cette année, pour la première fois, la TOB intègre six nouveaux livres, jamais édités dans une bible en français ! Il s'agit de livres présents dans les bibles orthodoxes : 3 et 4 Esdras, 3 et 4 Maccabées, la Prière de Manassé et le Psaume 151.

Vous comprendrez que cette nouvelle édition figure en bonne place sur ma liste de cadeaux de Noël... ;)

samedi 05 juin 2010

Comment vivre l'oecuménisme ?

Quand on parle d'oecuménisme, il y a plusieurs aspects (et autant de définitions que de personnes qui en parlent, mais c'est une autre histoire). La théologie d'abord, qui considère les tenants et les aboutissants de la situation actuelle, qui analyse les défis, les enjeux de notre temps, les progrès déjà faits, pour essayer d'aller de l'avant, de faire un pas de plus sur un chemin vers l'unité. C'est ce qui s'enseigne en fac de théo, mais qui est sans doute aussi ardu à enseigner qu'à apprendre...

Et puis il y a la pratique. La "vraie vie"... Hier soir, dans ma paroisse, se rassemblait un groupe oecuménique, au sein duquel se trouvaient des catholiques, des anglicans, des réformés. Un chant pour se mettre en condition (physique et spirituelle), la lecture d'un texte de la Bible (en l'occurrence le psaume 42), une discussion (souvent animée, parfois contradictoire mais toujours intéressante), puis un moment de partage autour d'un repas. J'apprécie beaucoup ce groupe et l'esprit qui y règne. C'est ouvert, chaleureux, on s'y sent un peu comme chez soi, d'où qu'on vienne, car les sourires et l'écoute sont présents en permanence. La parole y est libre, loin d'une morale qui pourrait paraître surannée ou des contraintes du quotidien, très loin des querelles de chapelle et encore plus loin des points d'achoppement théologiques.

Mais... il y a un "mais". Ce groupe existe depuis plus de trente ans. Les mêmes habitués s'y retrouvent et se sont vus vieillir ensemble. La technique de partage autour d'un texte biblique a été éprouvée et approuvée. C'est sans doute ce qui en fait l'esprit "famille". Le seul bémol, c'est que les membres ont aujourd'hui pour la plupart plus de soixante ans. Ils ont vu, vécu Vatican II en direct, profité du vent d'oecuménisme et de fraternité qui a soufflé à ce moment. Ils se sont rendus compte que partager la Bible, discuter autour de ces textes fondateurs, c'était fonder les bases pour commencer un chemin côte à côte. Mais ce groupe est resté figé dans cette réalité. Aujourd'hui, il existe une autre situation : la mienne et celle de milliers d'autres couples mixtes ou d'enfants "mélanges". Les questions ne sont plus vraiment celle de partager un texte fondateur ; c'est désormais acquis. Les questions aujourd'hui dans les familles mixtes sont celles du mariage, du baptême, de l'éducation des enfants, et d'un accueil à la même communion, qu'on l'appelle eucharistie, sainte cène ou qu'on imagine un sacrement nouveau...

Les Eglises ne sont pas très "chaudes" pour répondre à ce genre de questionnement. Dixit le curé de ma paroisse : "on veut bien participer, pas proposer". Partager sur la Bible ensemble, c'est très bien. Pour le reste, à chacun de galérer, trouver ses réponses tout seul en fonction des discours des uns et des autres (pas forcément les mêmes d'un pasteur à l'autre, d'un prêtre à l'autre, d'un évêque à l'autre...). Oui, j'aime l'esprit de grande famille de ce groupe d'anciens très chaleureux. Mais parfois, j'aimerais bien qu'on débatte un peu sur d'autres questions, dont je sais qu'elles se posent aussi à d'autres familles de nos paroisses...

jeudi 30 avril 2009

Simple joie

Hier j'ai reçu ma nouvelle Bible, qui m'attendait sagement au bureau de poste. Ca peut paraître bête, mais cela me remplit de joie.

J'ai beaucoup aimé la façon dont Novice présente la Bible à la fin de son billet sur les "fils aînés" : c'est un manuel d'ichtyothérapie de 1200 pages, mais aussi un véritable trésor, un cadeau de grande valeur.

Aujourd'hui, cette Bible marque ma re-naissance. C'est moi qui l'ai choisie, elle témoigne de ma volonté de vivre en Christ, de poursuivre le chemin que j'ai commencé il y a quelques mois, en redécouvrant ma foi.

J'ai choisi sa présentation pratique : de petite taille, elle se glisse facilement dans un sac ou une sacoche. Avec une couverture suffisamment robuste, elle résistera aux différents traitements que je ne manquerai pas de lui faire subir.

J'ai choisi sa traduction : il s'agit de la version "Parole de Vie", en français fondamental. Elle est accessible, et réalisée à partir des textes originaux (hébreu, araméen, grec), en restant au plus près de ces mots.

J'ai choisi le canon : j'ai pris une version avec les livres deutéro-canoniques, pour pouvoir partager la Parole de Dieu avec tous les chrétiens. Certains me diront : "Tu aurais pu prendre la TOB". Oui, mais la TOB est plus imposante en taille, car plus fournie. Elle a davantage de notes sur chaque livre, c'est plus une Bible d'étude qu'une Bible d'usage "courant".

C'est la cinquième Bible de la maison. Les autres sont des cadeaux, témoins de l'accompagnement dont nous avons bénéficié avant de former notre propre famille. Celle-ci témoigne de mon engagement d'oecuménisme au quotidien. Pour m'en souvenir, j'y ai inscrit cette prière de Saint François d'Assise : "Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix.".

Que la Parole du Seigneur me conduise à Lui...